Accueil > Ressources > Règlements > Directives Fide concernant la participation des joueurs handicapés

Directives Fide concernant la participation des joueurs handicapés

Règlements
mardi 26 mai 2015, par Redaction FFE

La FIDE, sur le site de la Commission des règlements, a publié ses exigences pour les tournois où prennent part des joueurs handicapés.

Vous trouverez ci-dessous l’édition française et l’édition bilingue (à télécharger en PDF) de ces directives.

Le texte précédent pouvait être amendé puisqu’il s’agissait auparavant de ligne de conduite (Guidelines). La nouvelle version du texte est "Requirements" c’est donc un ensemble d’exigences de la FIDE. Ce texte ne peut donc pas être modifié ni amendé. Seuls des termes mineurs de la traduction pourraient être éventuellement corrigés.

Exigences pour les manifestation auxquelles participent des joueurs handicapés

1. Ces exigences doivent avoir cours dans toutes les compétitions échiquéennes.

2. Nul n’a le droit de refuser de rencontrer un joueur handicapé contre lequel il a été correctement apparié.

3. Les salles de jeu doivent être accessibles à tous, ou à défaut, une salle de remplacement acceptable avec supervision complète doit être disponible pour ceux qui ne peuvent accéder au site proposé.

4. Une circulaire sera adressée lors de l’annonce de la compétition. Cette circulaire contiendra un formulaire d’inscription avec les points et questions habituels. On interrogera chacun sur l’éventualité d’une déficience qui nécessiterait envers lui de précautions particulières. Un tel joueur est tenu d’informer les organisateurs sur les précautions particulières dès que possible et avant le début de la compétition. Plus tôt l’organisateur sera informé, mieux les intérêts du joueur seront pris en compte.

5. Aucun joueur d’échecs ne sera pénalisé conformément aux Règles du Jeu du fait de son handicap.

6. Les arbitres doivent être particulièrement conscients de ces articles des règles et qui impactent les joueurs handicapés : cela concerne les règles 4.9, 6.2e, 6.5, 8.1e, 8.4, 11.3b, 12.2f et l’annexe D

7. Tout concurrent handicapé qui souhaite que son matériel soit placé à un endroit précis ou avec une orientation particulière, a le droit de le faire, à condition que cela ne désavantage pas son adversaire ou d’autres compétiteurs. L’organisateur de l’épreuve doit veiller à ce que les besoins des deux joueurs soient pris en compte.

8. Toutes les informations notables doivent être imprimées et affichées avant le début de la compétition, y compris les plans de la salle montrant l’emplacement des toilettes, du bar, de la salle d’analyse, des issues de secours, etc. ...

9. L’organisateur et l’arbitre principal doivent connaître le numéro de téléphone de l’hôpital le plus proche et d’un médecin. Dans les manifestations réservées aux joueurs handicapés, il doit y avoir, si possible, un médecin du tournoi.

10. Si un concurrent ne peut pas accéder aux rafraîchissements, des dispositions doivent être prises pour lui permettre d’y accéder.

11. Si un concurrent ne peut pas appuyer sur sa propre pendule, déplacer ses propres pièces, ou noter ses coups, un assistant devra être disponible sauf si l’adversaire est disposé à remplir ces fonctions. Si l’adversaire joue le rôle d’un assistant, l’arbitre principal peut décider de le gratifier d’un supplément de temps de réflexion.

12.Si un joueur en fait une demande préalable, des copies de toutes les informations devront être disponibles en gros caractères. De plus grandes feuilles de parties pour déficients visuels peuvent être nécessaires. Si un joueur est aveugle, ou incapable de lire les gros caractères, alors ces informations doivent lui être lues.

13. Dans les compétitions par équipes, on recommandera l’existence d’une règle postulant : si une équipe visiteuse indique qu’elle dispose d’un joueur handicapé qui viendra avec eux, un préavis doit être émis dans un délai suffisant, de sorte que, l’équipe accueillante puisse faire tout ce qui est raisonnable de sorte que ce joueur puisse participer.
14. Chaque fédération nationale devrait désigner un responsable au handicap et en communiquer les coordonnées à la FIDE.

15. Il est fortement recommandé que tous les organisateurs de compétition intègrent ces exigences.

Points importants à prendre en considération

Organisation de la salle du tournoi :

1. On ne devrait trouver qu’un jeu par table. Si un assistant est nécessaire, les tables devraient être plus grandes (2 m de largeur) et placées séparément.

2. L’espace entre les rangées de tables devrait être de 3m. Une attention particulière doit être prise si les joueurs sont en fauteuils roulants.

3. Les arbitres doivent, le cas échéant, être à la fois disponibles et accessibles pour tous les joueurs.

4. Des prises électriques supplémentaires peuvent être nécessaires. Certains joueurs ayant une déficience visuelle utilisent une lampe pour leur échiquier. Cette lampe ne doit pas perturber l’adversaire.

5. les joueurs à mobilité réduite devraient jouer autant que possible au même endroit. Toutefois, certains préfèrent être traités de la même manière que les autres joueurs.
6. Lorsque cela est possible, ils devraient avoir le même assistant pour l’ensemble de la compétition.

De l’assistant :
1. Il doit avoir au moins une connaissance minimale du jeu d’échecs.

2. Les assistants pour les joueurs aveugles devraient connaître le nom des pièces dans la langue du joueur aveugle.

3. Les assistants de joueurs aveugles devraient informer le joueur quand ils quittent l’échiquier temporairement.

4. En cas de besoin, l’assistant devrait noter les coups : cela peut être un outil utile pour l’arbitre.

Organisation du tournoi :
1. On organisera une réunion de tous les joueurs avant la première ronde, de préférence dans la salle du tournoi.

2. Si possible on ne jouera qu’une seule ronde par jour et uniquement pour les joueurs handicapés.

L’arbitre principal :
1. Après avoir fait les appariements, l’arbitre principal décide quel échiquier chaque joueur doit jouer : les joueurs ayant une déficience visuelle devraient toujours jouer au même endroit ; Les joueurs en fauteuil roulant ont besoin d’un espace plus vaste

2. Les propositions de nullité ou les réclamations peuvent transiter par l’assistant. Tous les joueurs appuient eux-mêmes sur la pendule, sauf ceux qui sont physiquement incapables de le faire.

3. En cas de crise de temps, avec des handicapés visuels l’arbitre doit garder à l’esprit que l’adversaire, s’il n’est pas handicapé, peut répondre presque immédiatement. Les règles de la compétition doivent indiquer : Si un joueur visuellement handicapé dispose de moins de cinq minutes lors d’un zeitnot, il n’a pas à noter les coups, même s’il y a un incrément de 30 secondes ou plus. Après le contrôle, il doit mettre sa feuille à jour.

Documents joints

facebook ffe twitter ffe Suivre la vie du site
  • Agenda

Documents joints